Transnational Learning Network
Ein Schulentwicklungsprojekt
im Comenius-Förderprogramm

 

La mondalisation du language ( Simon Rüschkamp )

L’anglicisme:
Nous avons trouvé un exemple de mondalisation dans la vie de tous les jours : c’est une énorme vague de mots anglais (ou des mots qui paraissent anglais) dans la langue allemande.

Il semblerrait que l’entrée de l’anglicisme se soit accrue de facon tarrifiante ces dernières années.

Il n’y praqtiquement plus de société, ni de patron, que ce soit au niveau international, ou non, qui utilise encore l’Allemand : dans l’économie les gens communiquent en anglais, mais nos paroles aussi sont fortement influencées par l’anglais. Trouvez-vous un autre mot pour « party » ou « event » ? Quelque chose peut être « cool », ou bien « kühl ». Un « dressman » est… oui c’est un mâle model, d’ailleurs on peut aussi l’appeler un « dressman » en allemand.

Le fait que les produits, les influences, les méthodes et le savoir aient de nouveaux noms, affluent dans notre language.

Si l’on en n’abuse pas cela peut aider à compléter chaque langue tout en essayant de garder ses particularités  face à une telle influence.

On peut trouver amusant que les mots habituellement incompris en allemand soient échangés pour les mots anglais sans raison particulière.

Par exemple, les sociétés de télécommunication semblent penser qu’ils ont besoin de remplacer « Stadt- oder Ortsgespräch » par « city-call », dans les restaurants : « Selbstbedienung » est traduit par « self-service » et au football « Home- and Away-shirts » (faisant attention à l’anglais proprement dit) prend la place de « Heim- und Auswärtstrikots ». Il semble que l’on puissent trouver une tendance à éviter la langue allemande ici. C’est comme si vous vouliez montrer qu’il mangue quelque chose dans la langue allemands ; et quelqu’un montrait que ce langue est déficient afin de le dire d’une meilleure manière comme

si le fait d’utiliser l’anglais était plus chic. Il est aussi étrange que certains termes soient pris de l’anglais, alors que la syntax reste allemande, comme cela se passe dans les publicités et dans le trafic du tourisme aérien : « Ich fliege leader. Wir machen den climb-out in parade formation. Wenn wir airborne sind und das landing-gear hoch is, gibt jeder...“ dit un officier allemand de la force aérienne en 1963.

Un tel usage du langue est certainement amusant dans beaucoup de cas. Par exemple, observez la réaction confuse d’un anglais lorsqu’on lui demande son portable (« handy »), ou se rappeler que le mot « dress » désigne les T-shirts des équipes anglaises de football et pas seulement « la robe d’une femme » De plus, en allemand, le « bodybag » que l’on porte sur l’épaule ; alors qu’en anglais c’est un « cercueil ». D#Un côté, l’influénce de l’anglais sur l’allemand dévoile très bien le degrés d’ouverture vers les autres cultures et le fait que la fossé entre les nations devienne de plus en plus étroit. Cela montre la grande importancede l’anglais qui offre une opportunité de communiquer dans le monde entier, dont nous sommes tous heureux. Mais d’un autre côté, c’est également un très grand danger pour nos propres langues. En fait, dès maintenant, n’importe quelle langue devra être évaluée comme la plus parlée, après l’anglais.

Cela nous mène à la question suivante : « est-ce que les autres nations ont aussi ce problème ? »

Quellen
Peter von Polenz: Geschichte der deutschen Sprache
dtv-Atlas zur deutschen Sprache
www.germanenglishwords.com
Christian Meier: Die Scharfsichtigkeit des Gemüts befördern
www.Esperanto.net/info/baza/de_eo-baza.html


[ back ]   [ Globalisation - Starting page ]