Les O.G.M. : Leurs applications présentes et à venir

  O.G.M. Ce sigle recouvre en réalité une diversité d’applications très importante. En effet, cette technique est une modification du génome d’une espèce, et concerne donc tout le vivant; Cependant, 4 champs d’application se distinguent: la modification du règne animal, végétal, la modification des bactéries, et la recherche médicale.

  I-Le règne animal:

Les modifications portent sur des animaux de ferme, qui, par des modifications génétique, peuvent produire plus: plus de viande, plus de lait, des œufs plus savoureux, etc....Mais la modification pourrait  également porter sur des animaux domestiques, permettant les plus belles (ou les pires ) folies tels lapins fluorescents (ce qui s’est déjà fait!) chats aux poils hypoallergiques, ou d’une superbe couleur bleu pourpre. A ces petits amusements s’ajoutent des applications plus graves, telles que la modification d’insectes porteurs de pandémies afin de les en libérer définitivement, ce qui permettrait en les relâchant, de concurrencer la forme porteuse de la pandémie, et donc de faire reculer cette épidémie

  II-Le règne végétal:

Aux plantes peuvent être appliquée une multitude de modifications;

Nous n’en évoquerons qu’une petite part ici. Tout d’abord, on peut changer le goût, la couleur, la texture, la résistance au vieillissement  de nos aliments, fruits et légumes. A côté de ces modifications “classiques”, on peut entreprendre des créations bien plus originales: pou palier la probable baisse des ressources pétrolières dans les prochaines années, on peut envisager - et quelques tentatives ont déjà été faites dans ce sens - de créer des plantes produisant des plastiques ou bien des hydrocarbures. De plus, on créer des végétaux capables de fixer les métaux lourds ( pour décontaminer des sols ), capables d’enrichir les sols en azote, ou bien de se développer dans des climats extrêmes.

  III- Les micro-organismes:

Si les O.G.M. formeront la révolution scientifique du XXIème Siècle, ce sera grâce aux bactéries génétiquement modifiées. En effet, c’est ici l’ensemble de l’industrie qui et concernée. Alors que dès maintenant, les hormones telle l’insuline sont produites pures et en grande quantité grâce à des levures modifiées, on peut penser que ce type de productions va se généraliser: ainsi, la presque totalité des molécules pharmaceutiques peuvent être produites à bas prix par des unicellulaires génétiquement modifiés. S’il ne sera pas toujours possible de confier à ces derniers la production du produit fini, on pourra souvent leur confier la production des outils, sous forme d’enzymes, souvent complexes. Afin de réaliser toute la portée de cette révolution, il suffit d’examiner que les produits laitiers, céréaliers finis plats préparés... Emploient dans leur élaboration des levures, des micro-organismes qui peuvent être modifiés.

  IV-La médecine:

Ce secteur est celui qui a déjà connu les applications les plus nombreuses des O.G.M. En effet, les animaux de laboratoires sont les premiers à avoir été modifiés, et les plus fréquemment modifiés. Néanmoins, en dehors du développement de médicaments, de l’exploration du corps humain, on peut espérer modifier le génome de personnes malades afin de les guérir, notamment en leur “transmettant ” les versions saines des gènes déficients dont l’expression les rends malades.

  On voit donc que l’étendue des possibles est énorme. Reste à l’homme à appliquer ce qui n’est qu’une technique en suivant une éthique stricte - mais qui n’empêche pas la recherche - en gardant à l’esprit l’idée que le vivant, par définition, reprend toujours ses droits, et que par conséquent, tout “monstre”, tout “Frankenstein” créé aura de fortes chances de sortir des laboratoires, et de prendre la place que l’homme lui aura donné la force d’acquérir sur la planète.

  Classe de TS 4